Pourquoi trier ?

Un peu d’histoire

Jusqu’au début des années 1990, il n’y a quasiment pas de collecte sélective pour le recyclage des ordures ménagères organisée par les services publics de collecte des déchets ménagers. La quasi-totalité des ordures ménagères prennent la direction des incinérateurs ou des décharges. Or, depuis une vingtaine d’années déjà, la venue de la société de consommation a fait considérablement augmentée les volumes de déchets produits. Parallèlement, l’augmentation de la pollution ainsi que l’épuisement de certaines matières premières ont fait émergé la notion de développement durable.

Par conséquent, se développent des politiques de tri des déchets et de recyclage permettant de multiplier les filières de valorisation. Pour cela, le tri doit être fait à la source par les habitants et de nouvelles filières de tri leur sont proposées.

En 1990, il y a 3 filières de collecte pour les déchets :

  • les ordures ménagères envoyées en décharge ou en incinération
  • les encombrants envoyés en décharge
  • le verre dans quelques points d’apport volontaire

 

En 1990, moins de 2 % des déchets sont recyclés.

Depuis 1995, 11 déchèteries ont été construites sur le territoire du SYMEVAD, des collectes sélectives d’emballages et de déchets verts ont été mises en place. Aujourd’hui, les déchets ménagers des habitants du SYMEVAD disposent de 30 exécutoires différents permettant de les envoyer vers les filières de recyclage ou d’élimination les plus adéquates.

 

En 2013, plus de 51 % des déchets sont recyclés.

 

Pour l’environnement :

Ce geste anodin et quotidien de tri de ses déchets, répété par des millions de personnes chaque jour, permet d’économiser une quantité considérable de matière première qu’il aurait fallu extraire du milieu naturel. Rien que pour la population du SYMEVAD (310 000 habitants), 70 000 000 de bouteilles sont récupérées chaque année et servent à fabriquer de nouvelles bouteilles, des fibres textiles (polaires), des tuyaux, des objets en plastique divers, etc.

Sans le tri, il faudrait extraire davantage de matière première de l’environnement et incinérer ou enfouir plus de déchets.

 

Pour faire des économies :

Certes la multiplication des collectes sélectives coûte chère, mais elle permet d’une part d’éviter la mise en décharge et l’incinération qui sont très onéreuses, et d’autre part de générer des recettes liées à la revente des matériaux (voir le coût de traitement des déchets). De plus, une véritable économie s’est développée en France et de nombreuses « éco-entreprises » vivent du recyclage.

Ne pas trier ses déchets coûte vraiment très cher, car dans ce cas on cumule les coûts des collectes sélectives et les coûts de traitement des déchets.

 

Pour l’emploi :

Il faut environ 1 emploi dans une décharge pour traiter 20 000 tonnes de déchets ménagers.

Il en faut 30 fois pour trier les emballages dans le centre de tri d’Evin-malmaison.

En outre, en 2013, 95 % des déchets ménagers recyclés sur le SYMEVAD ont été envoyés dans des usines installées en France faisant travailler des centaines de salariés (alors qu’une fois enfouis, les déchets ne font plus travailler personne).

 

Un travail d’équipe :

 

Les particuliers ont à leur disposition 6 filières différentes de collecte des déchets :

  • La collecte du verre è bacs pour le verre ou bornes d’apport volontaire
  • La collecte des emballages/papier è bacs ou sacs de collecte sélective
  • La collecte des déchets verts è en porte-à-porte, en déchèteries ou dans un composteur
  • La collecte des encombrants è ponctuelle ou sur appel téléphonique
  • Les déchèteries è 11 sur le territoire du SYMEVAD disposant de multiples bennes de tri
  • La collecte des ordures ménagères résiduelles è dans des bacs ou des sacs

Le tri à la source par l’habitant dans l’une des 6 modes de collecte déployés par la collectivité, est une première étape indispensable. Si le tri n’est pas fait, alors le déchet ne pourra pas être dirigé dans la filière de recyclage adaptée.

A l’issue de ce premier tri et après les différentes collectes réalisées, le SYMEVAD prend le relais et va affiner le tri pour répondre aux exigences des filières de recyclage (par exemple : le bac de collecte sélective est retrié en 10 filières différentes – venir visiter le centre de tri des emballages d’Evin-Malmaison

Sans des usines de « sur-tri » et de recyclage performantes, le tri des habitants ne sert à rien, mais sans le « pré-tri » préalable des habitants, les filières de recyclage sont inopérantes. Il s’agit donc bien d’un travail d’équipe entre le particulier, producteur et trieur de ses déchets et la collectivité qui organise les collectes, le tri complémentaire et les filières de recyclage.